Les règles que je me suis fixées m’ont menée sans que je ne le réalise totalement vers des hommes très sexuels. Des hommes qui ne jouissent que de la chair et des plaisirs qu’elle procure, des séducteurs qui aiment briller dans le regard des femmes, des hommes pour qui la performance est une qualité première, et l’orgasme féminin une victoire. Ces hommes-là n’en ont que faire de la femme que je suis, dedans. Ils voient un corps, un sourire, des yeux qui pétillent, et je me transforme tout à coup en trophée qu’ils pourront fièrement poser sur leur étagère. Je ne leur reproche rien. Ce cadre-là me plaît. Il m’arrange. Il m’empêche de me poser la question de l’implication, il m’évite de ressentir le manque, l’obsession, la jalousie ou pire encore…

Je l’ai perçu tout de suite en réalité : dans ta voix, dans tes propos, dans tes silences. Quelque chose en moi me disait que toi, ce serait différent. Et ça l’a été. Un décalage énorme. Je l’avais pourtant voulue très sexuelle, cette rencontre, comme pour conjurer mes craintes, déjà présentes. Mais… Ta tendresse. Ta douceur. Ton regard perçant qui regardait autant le dedans que le dehors. Ta manière de me toucher, du bout des doigts, comme si j’étais fragile. Le plaisir qui était le tien à m’entendre -non- à m’écouter gémir, à me voir me cambrer, à me sentir vibrer. Oui, je peux affirmer que cet après-midi-là, ton plaisir n’est passé que par le mien.

Je t’ai quitté désarçonnée, déstabilisée, inquiète. Dit-on à quelqu’un qu’on ne veut pas le revoir parce qu’il est trop tendre, trop attentionné, parce qu’on se sent trop précieuse et trop belle dans ses bras ? Comment allais-je pouvoir t’expliquer ça ?… Alors on s’est revus. Tu as senti mon hésitation. Tu as perçu cette distance que j’ai essayé de garder tant que j’ai pu, avant que nos lèvres ne se rencontrent et que nos peaux ne fusionnent. Encore…

Et ces mots que tu poses sur moi. Ces mots que j’espère toujours, tellement, et qui n’arrivent jamais. Ces mots que je n’ai pas eu besoin de réclamer et qui sont la preuve -s’il en fallait une- que tu m’as mise, au moins pour un temps, au centre de ton esprit clairvoyant.

J’ai peur de ça. Parce que tu m’empêches de tenir mon rôle de séductrice inabordable et sûre de ses charmes, celle qui dispose et qui gagne à tous les coups. Parce que je ne peux pas jouer les arrogantes avec toi. Parce que je ne peux pas faire semblant d’être une autre face à toi. Parce que toi tu regardes dedans et que tu arrives à voir ce que je veux cacher. J’ai mis trop longtemps à construire ces murs et ils m’ont trop coûté pour que je laisse ton regard, aussi doux soit-il, les transpercer.

Tu m’as demandé pourquoi je ne souhaitais pas te revoir. Voilà. Tu sais. Tu m’attires autant que tu me fais peur… Mais mon instinct protecteur restera inéluctablement ton invincible adversaire.

Publicités

9 réflexions sur “Trop

  1. Trop vivifiant : ce billet est habité par la vraie vie d’une vraie femme qui nous confie ce que sont les vrais bouleversements de ses sentiments. Merci d’avoir écrit cela, HiddenApple, que nous devons tous méditer à la mesure de ce que chacun d’entre nous est capable de vivre. Vraiment merci. Tu enchantes ma journée.

    Aimé par 1 personne

  2. Comme à chaque fois, votre billet se consomme en plusieurs fois. Une première lecture. Puis une relecture. Des passages à relire, morceaux par morceaux. Voila pourquoi je vous espère non pas sexuelle, mais pour votre voix, votre regard, ce qui petite au fond de vos yeux. Vos mots sont pour moi votre meilleur atout. Meme si je suis loin de rester insensible aux charmes de votre cou, de votre sourire, de la cambrure de vos pieds quand ils sont si élégamment habillés. Merci pour tout ça!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s