Fille facile

Les relations dites « illégitimes » ne sont pas un long fleuve tranquille. Les stéréotypes auront à voir avec les raisons de ces tumultes : les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches ; les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées. Musset avait raison. Nous sommes des êtres fragiles.

Cette fragilité est admise par tous. Elle excuse nombres de comportements excessifs et souvent, renforce même les liens. Une femme fragile est une femme dont les hommes aiment prendre soin. Elle peut être jalouse, et l’amant flatté s’attachera d’autant plus. Elle peut être fuyante, voire inaccessible, cela la rendra terriblement attirante. Elle peut être instable et il aura envie de la rassurer. L’excessive est admirée pour son caractère fort. L’impulsive est pardonnée car tellement pleine de surprises ! La difficile est adulée parce qu’elle semble hors du commun. Les hommes ont besoin de sensations fortes. Ils ont pour ces femmes-là les mots les plus vibrants et les intentions les plus folles.

Mais toi, tu es solide… Indépendante, constante. Tu es compréhensive, toujours partante, curieuse, audacieuse, accessible et gentille. Toi tu ne fais pas trop de bruit. Tu es là quand on le souhaite et tu t’éclipses quand il faut. On t’espère…mais quand tu es là, on te voit à peine.

Cette femme-là ne retient pas. Pas de suspens. Pas de peur. Et les hommes ont besoin de sensations fortes.

La fille facile c’est du miel : doux et délicieux, mais pas essentiel. On s’en passe et ça ne manque pas. Paradoxe injuste et implacable. Elle qui laisse son cœur sur sa peau, là où les hommes posent leurs mains, et qui s’est tant oubliée à devenir si forte.